Je ne crois pas à un monde meilleur …

Il m’arrive, comme chacun, de croiser des articles dans lesquels l’auteur propose de s’engager à oeuvrer à un monde meilleur.

Si j’imagine percevoir l’intention qu’il y a derrière, je me demande si le mot meilleur est juste au final.

Meilleur veut bien dire « mieux que » n’est ce pas ?  penser « qu’un mieux que » est possible, nécessite en premier lieu, de se comparer et de se valoriser positivement dans une capacité à faire mieux que les autres.  Et pour se comparer et se valoriser, il est nécessaire de se vivre en se sentant séparé.

Donc souhaiter un monde meilleur, c’est entretenir un schéma de séparation. Et paradoxalement, le seul « meilleur » que l’Humanité puisse s’offrir s’est surement de dépasser individuellement et collectivement l’espace de la séparation et ne plus chercher à être meilleur que son congénère qu’il ait existé, qu’il soit contemporain ou appartenant à une future génération.

Un autre monde ne peut émerger qu’en arrêtant de penser en « plus que » ou en « mieux que ».  Ce mode de pensées appartient au monde de l’égo. Un monde, qui comme nous l’a dit Freud et dont nous pouvons tous faire l’expérience, est construit sur nos manques (d’Amour) et les souffrances qu’ils génèrent.

Un autre monde est surement possible quand nous apprendrons ensemble à traverser nos souffrances.

Je ne crois pas à un monde meilleur.  Je nous souhaite un autre monde.

 

Share Button

Les commentaires sont fermés.